Dépistage

Imprimer

Le dépistage du diabète de type 1, maladie très parlante, ne pose pas trop de problème.

C'est bien différant pour le diabète de type 2, longtemps asymptomatique. Les symptômes apparaissent en moyenne au bout de 10 ans d'évolution de la maladie.
Plus la maladie va être dépistée tôt et meilleur sera le service rendu à votre patient. En effet, seules les mesures hygiéno-diététiques permettent de ralentir la pente du déclin inéluctable de la sécrétion béta pancréatique.

schema diagnostic diabete

Une prise en charge précoce du patient va permettre de différer les complications dégénératives micro et macro vasculaires liées au diabète.

Même si la prévalence du diabète de type 2 est élevée en Nouvelle-Calédonie (10% de la population adulte en 1993 - étude Caldia), il ne s'agit pas de proposer un dépistage à toute la population. Les personnes à risque vont être ciblées.
Idéalement, un dépistage par glycémie veineuse à jeun est à prescrire annuellement pour les adultes en surcharge pondérale avec un IMC > 27, ayant un membre de la famille diabétique, ou souffrant d'HTA, ou de dyslipidémie, et pour les maman ayant mis au monde un gros bébé (>4kg) ou ayant présenté un diabète gestationnel. Et ce d'autant que l'origine est polynésienne (Polynésie Française / Wallis et Futuna).

Une mesure de la glycémie capillaire à toute heure peut également être conduite. Le dépistage est positif si la dernière prise alimentaire remonte à moins de 2H et que le résultat est > 150 mg/dl. Si la dernière prise alimentaire remonte à plus de 2H, le dépistage est positif pour un résultat > 120 mg/dl. Des investigations complémentaires doivent alors avoir lieu.

L'ASS-NC a édité un document en 5 questions qui permet aux personnes de mesurer leur risque de diabète. Il est accompagné de conseils et repères.

Ces éléments sont également disponibles sur notre page "Etes-vous diabétique ?".