Le dépistage du cancer du col de l'utérus

Imprimer

La lutte contre ce cancer a été reconnue comme une priorité de santé publique par les élus du congrès en 1994. Un frottis de dépistage est pris en charge à 100% tous les trois ans, après deux frottis normaux réalisés à un an d’intervalle. Cette prise en charge s’applique aux femmes de 17 à 65 ans.

En novembre 2011, l’agence sanitaire et sociale de la Nouvelle-Calédonie (ASS-NC) a repris la gestion du dépistage organisé du cancer du col de l’utérus.

Une campagne de dépistage dure trois ans. Durant cette période, les femmes de 17 à 65 ans recevront une invitation à faire gratuitement un frottis de dépistage.

 

Principe de la campagne

Un frottis cervico-utérin, tous les trois ans après deux frottis cervico-utérins inauguraux normaux réalisés à un an d’intervalle. (HAS 2010 et Fédération des gynécologues et obstétriciens de langue française ; conférence de consensus sur le dépistage du cancer du col utérin, Lille 1990-1994-2004).

 

Pas d’avance de frais !

La réalisation du frottis ainsi que son analyse sont prises en charge à 100 % par un fonds géré par la CAFAT. Lorsque la personne se présente avec une invitation émise par l’ASS-NC, elle ne fait pas l’avance des frais.

 

Remboursement d’honoraires

Pour vos remboursements d’honoraires, vous devez adresser vos factures ou feuilles de soins après y avoir collé l’étiquette spécifique issue de l’invitation.

La délibération n° 260 du 24/01/2013 portant diverses mesures d’ordre social stipule que :

« Les professionnels de santé sont rémunérés dans un délai d’un mois après réception de l’état mensuel des sommes dues. »

 
A télécharger : « Dépliant dépistage du cancer du col de l'utérus »

 

Des données de la Métropole

 

Prevention-depistage-cancer-col-uterus-INCA2013Prévention et dépistage du cancer du col de l'utérus - Fiche repère de l'Institut National du Cancer - état des connaissances au 17 Juin 2013 : icon  à télécharger (1.99 MB)

 

Cancer du col : nouveau feu vert pour le dépistage généralisé (bulletin épidémiologique hebdomadaire du 20 mai 2014) : une expérimentation dans 13 départements a permis d'augmenter le dépistage du cancer du col de l'utérus de plus de 13%. Des résultats qui plaident en faveur de la généralisation du dépistage. http://www.frequencemedicale.com/index.php?op=H18&id=153&see=ok&spec=16

 

Le 3ème plan Cancer, 2014-2019 (pages 18 et 19 : le dépistage du cancer du col de l'utérus) : http://www.social-sante.gouv.fr/actualite-presse,42/breves,2325/lancement-du-3eme-plan-cancer,17009.html

   

OPTION 1 : Vous souhaitez un bon de dépistage immédiatement :



Contactez-nous

  • par téléphone : 25 07 65 ou
  • par mail : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
(1) Vous devriez déjà disposer de formulaires vierges (disponibles sur demande aux coordonnées ci-dessus).   (2) Dès que nous recevons votre appel ou votre courriel, nous vous envoyons le fichier comprenant les données de votre patiente (nom, prénom, date de naissance, n° d'assurée, adresse et code barre).    (3) Imprimez ce fichier sur le formulaire vierge et vous obtenez ainsi un bon de dépistage gratuit à remettre à votre patiente. 
formulaire
(formulaire vierge) 
+ donnees_patiente
(données de votre patiente) 
= bon_rempli
(bon pour un dépistage gratuit) 

 

OPTION 2 : Vous souhaitez un bon de dépistage différé (délai de 2 à 8 jours).



Ce bon sera envoyé directement à votre patiente.
 
inscription en ligne sur notre site Internet

Le bon sera expédié dans les meilleurs délais.

NB : Les actes réalisés dans le cadre du dépistage organisé du cancer du col de l’utérus, sont pris en charge à 100 % par le fonds autonome de compensation en santé publique. Les actes peuvent donc être réalisés indépendamment de la couverture sociale de la personne.

 

Qui fait quoi ensuite ?

 

LE PRELEVEUR (médecin ou sage-femme)

Après avoir réalisé le frottis :

- Remplissez la fiche de renseignement cytologique et apposez-y votre tampon.
- Coller une étiquette sur la feuille de soin qui sera transmise à la CAFAT pour les remboursements d'honoraires.
- Coller une étiquette sur le porte-lame.
- Transmettez ensuite le prélèvement + l'invitation au laboratoire d'anatomo-cytopathologie.
bon_verso_sup
LE LABORATOIRE d’anatomo-cytopathologie
- Le laboratoire interprète le frottis et remplit le cadre qui lui est réservé.
- La fiche de renseignement cytologique sera adressée par le laboratoire à l'ASS-NC, qui transmettra les résultats à la femme et à son médecin traitant, gynécologue ou sage-femme.
bon_verso_inf


Pour tout renseignement complémentaire, n'hésitez pas à nous contacter à la cellule de dépistage des cancers féminins de l'ASS-NC. Nous nous ferons un plaisir de vous répondre.

- Tél 25 07 65
- Courriel : depistage Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.   
- Fax : 25 07 73 

Télécharger la fiche d'instructions pour obtenir un bon de dépistage du cancer du col pour votre patiente : icon  (900.31 KB)
Téléchargez la brochure « Dépistage organisé du cancer du col de l'utérus »

La population calédonienne est particulièrement à risque, avec un taux d’incidence deux à trois fois supérieur à celui de Métropole ou d’Australie. 9 cancers du col de l’utérus sur 10 peuvent être évités grâce à un frottis de dépistage tous les trois ans de 17 à 65 ans, après deux frottis normaux à deux ans d’intervalle.

 

Cadre juridique :

En 1994, les élus du congrès du Territoire ont inclus le dépistage du cancer du col de l’utérus parmi les 9 thèmes prioritaires du plan de prévention. La délibération n° 490 du 11 août 1994 portant plan de promotion de la santé prévoit la prise en charge en totalité e la consultation, du frottis et de son interprétation ainsi que la remise du résultat du frottis des femmes de 17 à 65 ans, pour les deux premiers frottis réalisés à un an d’intervalle puis d’un frottis tous les trois ans.

 

Un accès inégalitaire au dépistage :

Auparavant, le dépistage du cancer du col de l’utérus était inégalement organisé en Nouvelle-Calédonie. En effet, seules les bénéficiaires de la CAFAT ainsi que celles de l’aide médicale gratuite en province Nord recevaient des bons leur permettant de réaliser gratuitement un frottis de dépistage.

 

Evaluation du dépistage du cancer du col :

Une étude réalisée en 2008/2009 par l’Institut pasteur de Nouvelle-Calédonie en collaboration avec l’ASS-NC met en évidence un taux de couverture insuffisant et un suivi encore trop approximatif.

En effet, 52 % des femmes ayant développé un cancer invasif du col de l’utérus n’avaient jamais fait de frottis auparavant.

Par ailleurs, 26 % des femmes dont le frottis a montré une anomalie à surveiller n’ont pas eu d’examens complémentaires de suivi selon les recommandations de l’ANAES  / actualisées en 2002 , avec des différences selon les provinces :

  • 41 % des femmes résidant en province îles Loyauté
  • 38 % des femmes résidant en province Nord
  • 22 % des femmes résidant en province Sud.

Cette évaluation conforte les recommandations internationales, européennes ou nationales dans la mise en place d’un dépistage organisé du cancer du col de l’utérus.

Dans son rapport publié en novembre 2010, le Haute Autorité de Santé estime que « le dépistage organisé a fait la preuve de sa supériorité par rapport au dépistage spontané en termes d’efficacité, d’efficience ainsi que d’équité et d’égalité d’accès à la prévention ». Plus précisément, elle a démontré que le dépistage organisé :

  • Permet de mettre en œuvre une assurance qualité,
  • Peut être évalué et amélioré,
  • Permet de rationaliser les moyens mis en œuvre en compensant l’augmentation des coûts liés à l’augmentation de la participation par une diminution des gaspillages (actes et interventions inutiles)
  • S’appuie sur les acteurs traditionnels du dépistage (médecins généralistes, sages-femmes, gynécologues, anatomo-cytopathologistes…),
  • Prévoit des actions complémentaires afin d’augmenter la participation des femmes.

 

Principe de la campagne de dépistage organisé du cancer du col de l’utérus :

depistage_carte

 

Chaque femme de 17 à 65 ans recevra d’ici trois ans, une invitation à réaliser gratuitement un frottis de dépistage. Ensuite, l’agence sanitaire et sociale de la Nouvelle-Calédonie réinvitera la personne dans les délais différents selon la situation :

  • Si la personne n’avait jamais fait de frottis, elle sera réinvitée un an plus tard.
  • Si la personne avait déjà fait un frottis, elle sera réinvitée trois ans plus tard.

 

Pourquoi un frottis tous les trois ans ?

Conformément aux recommandations de l’OMS, de la commission de la santé du conseil de l’Europe, de la Haute Autorité de Santé et de la conférence de consensus sur le dépistage du col utérin, Lille 2004, le programme propose la réalisation d’un frottis tous les trois ans après deux frottis inauguraux normaux.

L’Institut National du Cancer (Inca) a mis en évidence qu’il n’y avait aucun bénéfice à réaliser un frottis tous les ans, en termes de réduction du risque de développer un cancer invasif. Ainsi l’on suppose que le taux de participation soit de 100 %, la réduction du risque est de 91 % avec un dépistage tous les trois ans, alors qu’il est de 93 % avec un dépistage tous les ans.
Cependant, le nombre de frottis réalisés entre 20 et 64 ans passe de 15 par femme pour un rythme triennal à 45 pour un rythme annuel générant un nombre important d’actes invasifs et la plupart du temps inutiles.

Les femmes de 17 à 65 ans qui :

  • ont un examen clinique normal,
  • ont ou ont eu des rapports sexuels,
  • n’ont pas subi d’hystérectomie totale,
  • ne sont pas suivies pour un cancer du col ou un frottis anormal.

Même vaccinées, les femmes doivent effectuer un frottis cervico-utérin tous les trois ans.

col2_copy

 

Un système de rappel de l’invitation

col3_copy

Téléchargez :


col-copy

Pour les femmes non suivies régulièrement par un gynécologue ou une sage-femme, le médecin généraliste a un rôle incitateur important dans sa fonction de médecin traitant, coordinateur des soins et des actions de prévention.

Certaines femmes invitées dans le cadre du programme de dépistage organisé n’ont pas eu de frottis cervico utérin depuis plus de trois ans ; elles n’ont donc pas de suivi gynécologique régulier. C’est donc vers leur professionnel de santé de proximité qu’elles s’orienteront spontanément.

Votre rôle est donc primordial puisque vous êtes en mesure :

  • D’informer, conseiller, convaincre et orienter un public peu informé voire réticent au dépistage du cancer du col de l’utérus.
  • De rappeler aux femmes qui se font régulièrement dépister l’importance d’un frottis tous les trois ans, notamment après la ménopause.
  • D’orienter, si besoin, votre patiente vers un professionnel ou une structure qui réalise le frottis cervico utérin (médecin généraliste, sage-femme, gynécologue, dispensaire, centre de conseil familial…)

Lutter contre les idées reçues

  • Le frottis est un geste simple et non douloureux qui ne prend que quelques minutes.
  • Le dépistage ne s’arrête pas à la ménopause, il reste recommandé jusqu’à 65 ans.
  • Il n’y a aucun risque à effectuer un frottis durant la grossesse, c’est le moment idéal pour la sensibilisation des femmes à la prévention et au dépistage.

Il a également été constaté que certaines femmes participent moins au dépistage ; elles nécessitent donc une attention particulière :

  • Les femmes entre 25 et 35 ans ainsi que celles entre 55 et 65 ans.
  • Les femmes en situation sociale difficile.

La notion d’atypies de haut grade du frottis impose un suivi médical. L’absence de suivi pourrait comporter une implication médico-légale.

AGC : Atypie des cellules glandulaires
ASC : Atypie des cellules malpighiennes
ASC-US : Atypie des cellules malpighiennes de signification indéterminée
ASC-H : Atypie des cellules malpighiennes ne permettant pas d'exclure une lésion malpighienne intra-épithéliale de haut grade
CIN 1 : Néoplasie* intra-épithéliale cervicale de grade 1
CIN 2 ou 3 : Néoplasie* intra-épithéliale cervicale de grade 2 o 3
CIS : Carcinome in Situ
HSIL : Lésion malpighienne intra-épithéliale de haut grade
LSIL : Lésion malpighienne intra-épithéliale de bas grade
NIL/M : Absence de lésion intra-épithéliale ou de malignité
NOS : Sans autre précision

* « Néoplasie » désigne ici, au strict sens étymologique du terme, toute formation d'un nouveau tissu,
bénin ou malin.

Dans le monde

Le cancer du col de l’utérus frappe près de 500 000 femmes tous les ans dans le monde et près de 300 000 en meurt. Plus de la moitié de ces femmes a moins de 50 ans et près de 85 % vivent dans des pays en voie de développement. (Données OMS, avril 2009)

 

En France

Près de 3 000 nouveaux cas et 1 000 décès par an. Chez les jeunes femmes, c’est la dixième cause de mortalité après le cancer du sein. (Haute Autorité de la Santé)

 

En Nouvelle-Calédonie

En Nouvelle-Calédonie, en 2009, 23 nouveaux cas de cancer du col de l’utérus ont été diagnostiqués. C’est le 5e cancer le plus fréquent chez les femmes. (Source : registre du cancer en Nouvelle-Calédonie).

La population calédonienne est particulièrement à risque, en effet, le taux d’incidence est 2 à 3 fois supérieur à celui de la France et à celui de l’Australie. Selon l’évaluation menée en 2008/2009 (Évaluation de la campagne de dépistage du cancer du col de l’utérus en Nouvelle-Calédonie et population à haut risque - Novembre 2008/Juillet 2009, E. Magnat, IPNC), près de 52 % des femmes ayant développé un cancer invasif du col de l’utérus, n’avaient jamais fait de frottis auparavant.

Par ailleurs, cette évaluation dévoile que 26 % des femmes dont le frottis a montré une anomalie à surveiller n’ont pas eu d’examens complémentaires de suivi selon les recommandations de l’ANAES, avec des différences importantes selon les provinces :

  • 41 % de ces femmes habitent en Province îles Loyauté,
  • 38 % de ces femmes habitent en Province Nord,
  • 22 % de ces femmes habitent en Province Sud.

stats_1

 

23 tumeurs invasives dont une in situ ont été diagnostiquées en 2008. Au 31/05/2011, 22 % des patientes sont décédées (5 cas).

Tous les cas ont un diagnostic histologique :

  • 17 carcinomes épidermoïdes
  • 6 adénocarcinomes

 

stats_2

 

stats_3

 

La moyenne d’âge au diagnostic est de 60 ans :

stats_4

 

Taux spécifique d’incidence par âge :

stats_5

 

Taux d’incidence par province :

stats_6

 

Cancer du col de l’utérus - Comparaison internationale – taux standardisé pour 100 000 personnes –années (standardisation sur la structure d’âge de la population mondiale) selon le sexe

stats_7

 

Rapport des actions de promotion de la santé de l'ASS-NC en 2017 (chapitre Programme de lutte contre le cancer du col p 29) : icon  (3.85 MB)

Rapport d'activité de la cellule de dépistages organisés des cancers féminins (sein et col) - année 2016 : icon  (1.76 MB)