Accueil Etudes et recherches Baromètres Santé Baromètre santé adulte 2010

Baromètre santé adulte 2010

Imprimer

Le Baromètre santé, un dispositif transversal aux programmes de l’ASS-NC



En 2009, l’ASS-NC a lancé l’enquête Baromètre santé de NC.

Le dispositif a pour objectif d’observer les comportements de santé de l’ensemble des calédoniens, d’en saisir les déterminants dans une approche globale de la santé et donc d’identifier des leviers sur lesquels les programmes de prévention de l’ASS-NC pourront s’appuyer.

A termes, la répétition des enquêtes dans le temps permettra d’estimer les évolutions de comportements et aussi de juger de l’efficacité des programmes de prévention.

Avant le lancement de l’enquête proprement dite, plusieurs étapes (réalisées en 2009) ont été nécessaires.

La première a consisté à rassembler préalablement les connaissances déjà produites sur la société calédonienne :

  • données démographiques,
  • données sanitaires et sociales,
  • travaux anthropologiques,
  • enquêtes réalisées en NC et plus globalement en Océanie, etc.

Ces informations ont été précieuses pour bien comprendre les enjeux locaux, tirer les conséquences des expériences passées mais aussi pour calibrer les thèmes et questions du questionnaire.

La réalisation d’un dispositif d’envergure nécessite des moyens humains et matériels relativement importants. Les terrains d’enquêtes sont réalisés par des sociétés spécialisées, le plus souvent des instituts de sondages, qui disposent d’enquêteurs formés ainsi que du matériel informatique suffisamment performant pour créer et supporter des bases de données conséquentes. En 2009, les principaux prestataires d’études de NC ont été rencontrés afin de juger des capacités de réalisation de l’enquête.

Soucieuse de partager ce projet avec d’autres acteurs institutionnels de santé publique et aussi d’élargir la réflexion, l’ASS-NC a organisé 4 comités de pilotage en 2009.
La présence des acteurs tout au long de l’année témoigne de leur intérêt pour le projet.
A partir des informations recueillies et de l’analyse qui en a été faite, l’ASS-NC a publié début octobre 2009, un avis d’appel d’offres pour la réalisation d’une enquête quantitative en population générale sur des sujets de santé, enquête dénommée Baromètre Santé de NC.

Ainsi, fin 2009, l’ASS-NC dispose d’un prestataire pour réaliser son projet. La phase terrain de l’enquête Baromètre santé est programmée pour le milieu de l’année 2010.

La phase terrain du Barometre santé de NC démarre le 28 juin 2010 sur le secteur Nouméa / Grand Nouméa et début juillet sur la Grande terre et dans les îles.

Réalisée en face à face au domicile des personnes, l’enquête concerne 2 500 calédoniens âgés de 18 à 67 ans (échantillon aléatoire) sur l’ensemble du territoire qui seront interrogés par des enquêteurs de la société de sondages I-Scope.

Le questionnaire, multithématique, aborde de nombreux sujets de santé tels que

  • les conduites alimentaires,
  • l’activité physique,
  • les consultations médicales,
  • les dépistages,
  • les consommations de produits licites et illicites,
  • l’activité sexuelle,
  • ou bien encore, la contraception.

Sa durée moyenne d’administration est de 50 minutes et l’accueil favorable des personnes interrogées à l’occasion de l’enquête pilote nous a conforté dans notre démarche.
A cette première phase déclarative, le Baromètre sera complété à quelques jours d’intervalle d’une seconde phase de mesures physiques (poids, taille, tension artérielle, rythme cardiaque) et prélèvements (glycémie capillaire et protéinurie). Sur la base des personnes qui auront accepté la phase complémentaire du Baromètre multithématique, du personnel infirmier se rendra au domicile pour réaliser ces mesures.

Afin d’optimiser le taux de participation qui conditionne la validité scientifique de l’enquête, une campagne media viendra appuyer le lancement du dispositif dès le 21 juin à la radio (RRB, radio Djiido), à partir du 23 juin par voie de presse puis du 27 juin par la diffusion d’un spot TV sur RFO.

Affichettes à télécharger
Le baromètre santé - Lorelei, Myriam et Patrick y participent (327.04 KB)

     


La mobilisation de 56 enquêteurs et 14 superviseurs devrait permettre de réaliser le Baromètre multithématique en moins de 2 mois.

Toutefois, les aléas inhérents à ce type de projet (difficulté pour les enquêteurs, météo défavorable, etc.) ne garantit en rien la durée annoncée.

Pour autant nous comptons bien disposer des premiers résultats du Baromètre pour la fin d’année 2010 ou début 2011. Les données recueillies apporteront de nouvelles connaissances sur les comportements de santé, permettront d’identifier des comportements à risque (consommations, sexualité, violence) ainsi que les comportements défavorables au maintien d’une bonne qualité de vie (alimentation, activité physique, consultations médicales, dépistages).

ill_bar_sante



Comment vivez-vous ?...
L’Agence sanitaire et sociale de la Nouvelle-Calédonie lance demain une enquête d’envergure sur tout le territoire. L’étude « Baromètre santé » a pour mission de décrypter les modes de vie afin d’établir, dans un second temps, des programmes de prévention adaptés. Du jamais vu. Près de 60 enquêteurs sont sur le terrain.

  • Pourquoi une étude « Baromètre santé » ?

Cette étude « a pour objectif d’obtenir des connaissances sur des comportements de santé » remarque Hélène Bourdessol, coordinatrice de l’opération en Nouvelle-Calédonie. Ces comportements, qui ont bien entendu une influence sur l’état de santé de la population, donc sur les finances publiques, sont alimentaires, relatifs à l’activité physique, aux pratiques sexuelles, à la consommation de produits licites et illicites - tabac, alcool, cannabis, kava -… En clair, « nous abordons un ensemble de thèmes sur lesquels il est possible d’agir en termes de prévention ». L’étude « Baromètre santé » doit permettre de disposer d’un état des lieux afin de ciseler, mieux cibler les programmes, d’ajuster l’information offerte au public, d’affiner les politiques.

La croissance annuelle moyenne des dépenses de santé est, au total, de l’ordre de 8 % par an depuis dix ans, selon le rapport « Nouvelle-Calédonie 2025 ». « Le système de santé est encore financièrement fragile, malgré la forte progression de l’emploi, et donc la hausse du nombre de cotisants ».

  • Quel dispositif ?

Lancée officiellement demain, jeudi 1er juillet, l’enquête va durer deux mois. Toutefois, dans Nouméa et le Grand Nouméa, l’événement a déjà démarré, tout doucement, en début de semaine. Concrètement, 56 enquêteurs, encadrés par 14 superviseurs, vont visiter 2 500 Calédoniens âgés de 18 à 67 ans sur l’ensemble du territoire. Cet échantillon rencontré sera établi de façon aléatoire. Des points de chute ont été préalablement définis, de façon aléatoire également, de manière à couvrir la totalité du pays, et à ainsi récolter des données représentatives de la répartition de la population. Dans ces zones, ces femmes et hommes chargés de l’enquête vont frapper aux portes. Renseignements pris sur l’âge des résidants, « la personne dont l’anniversaire à venir est le plus proche du jour d’enquête est la personne invitée à répondre au questionnaire », bien sûr anonyme, explique Hélène Bourdessol. Les 2 500 habitants interrogés seront, le but est là, « le reflet de la population calédonienne ».

  • Qui ?

Élaborée, managée et financée par l’Agence sanitaire et sociale de la Nouvelle-Calédonie mais aussi soutenue par la CPS, l’étude « Baromètre santé » nécessite, pour sa phase de terrain, l’intervention des enquêteurs de la société de sondages I-Scope. Une équipe facilement identifiable avec ses casquettes bleues et tricots blancs imprimés du logo de l’opération. Comme l’indique l’ASS-NC, le questionnaire aborde de nombreux sujets de santé tels que les conduites alimentaires, les consultations médicales, ou encore la contraception. La durée moyenne de l’entretien en face à face au domicile est de l’ordre de 50 à 55 minutes. Pour les questions plus intimes, l’interviewé (ée) aura la possibilité de cocher lui-même (ou elle-même) les cases.

  • Déjà réalisée dans le passé ?

Non. Cette enquête s’avère « la toute première de cette envergure-là, multithématique » en Nouvelle-Calédonie. En 1992, une étude de prévalence sur le diabète avait été menée. En outre, il y a près de dix ans, l’Inserm, l’Institut national de la santé et de la recherche médicale, était venu réaliser des travaux quasi similaires au « Baromètre », mais le zoom était porté uniquement sur les femmes. Puis, un peu plus tard, la santé des jeunes avait été placée sous la loupe du célèbre établissement.

  • Quel calendrier ?

Achevée théoriquement fin août-début septembre, l’opération devrait livrer ses premiers résultats en décembre 2010 voire en janvier 2011. Rapports et synthèses seront alors publiés, permettant de donner matière à réflexion afin de bâtir des programmes de santé publique adaptés. Tabac, alcool, préservatif ou autres… L’impulsion lui revenant, le politique devra se saisir de ces données.

Yann Mainguet

La prévention « insuffisante à tous les niveaux »

Les historiens, les politiques, les habitants le ressentent : le territoire connaît et va connaître de fortes mutations. Déjà, des indicateurs démographiques approchent des références des pays les plus développés, observe le document « Nouvelle-Calédonie 2025 » publié en mars dernier.
Le taux de natalité baisse notablement, ainsi que le taux de fécondité, « lequel est aujourd’hui à peine au-dessus du seuil permettant le renouvellement des générations (taux 2007 : 2,2) ». Le taux de mortalité, et le taux de mortalité infantile (6,1‰ en 2007, contre 3,8‰ en Métropole) chutent également de manière significative, et « l’espérance de vie augmente de 4 mois par an en moyenne depuis 1997 ».
Même si le fossé se comble peu à peu, un écart subsiste avec les pays les plus avancés, et notamment la Métropole : « l’espérance de vie à la naissance était par exemple, en 2007, de 80,3 ans pour les femmes, soit 4 années sous le taux métropolitain, et de 71,8 ans pour les hommes, soit un écart de 5,5 années avec la Métropole ».
À la lecture du document « Nouvelle-Calédonie 2025 », nul doute, le système de santé est performant, avec des équipements conséquents, ou encore un nombre relativement important de professionnels de santé… Toutefois leur répartition géographique est jugée inégale.
Tout rose ? Loin de là. Exemple : « Différents obstacles freinent l’accès aux soins », parmi lesquels des difficultés de recrutement de médecins en dehors de Nouméa, une forte concentration des spécialités médicales dans « la capitale », ou encore une prise en charge parfois insuffisante par le système de protection sociale. Véritable fléau, des problèmes de santé liés à une mauvaise alimentation sont à nouveau évoqués.
Une évidence : « Les chiffres sont particulièrement préoccupants pour les enfants : 17 % des enfants calédoniens de moins de 14 ans sont obèses. Les explications sont essentiellement socio-économiques (absence d’activités sportives et plus généralement d’intégration sociale ; alimentation déséquilibrée) et en partie génétiques ». Le diabète concerne 10,2 % de la population, soit 3 fois plus qu’en Métropole et 2,5 fois plus qu’en Nouvelle-Zélande. « C’est la deuxième cause de prise en charge en longue maladie, après les maladies cardio-vasculaires ». Mais voilà, la prévention « reste insuffisante à tous les niveaux : chez les médecins, à l’école, dans les institutions ou encore dans les familles ».

Des données démographiques aux travaux anthropologiques

Avant le lancement de l’enquête proprement dite, plusieurs étapes, réalisées en 2009, ont été nécessaires, précise l’Agence sanitaire et sociale. La première a consisté à rassembler préalablement les connaissances déjà produites sur la société calédonienne : données démographiques, données sanitaires et sociales, travaux anthropologiques, enquêtes réalisées en Nouvelle-Calédonie et plus globalement en Océanie, etc. « Ces informations ont été précieuses pour bien comprendre les enjeux locaux, tirer les conséquences des expériences passées, mais aussi pour calibrer les thèmes et questions du questionnaire ».

Baromtre_sant_Rsultats_prliminaires_icon
PDF à télécharger (5.08 MB)

Sommaire du rapport :

- Avant propos
- Introduction et méthode
- Caractéristiques socio-démographiques de la population interrogée
- Perception de la santé
- Conduites alimentaires               
- Activité physique           
- Consommation de soins et dépistages                
- Tabac   
- Consommation d'alcool              
- Usage de cannabis, kava et autres substances
- Sexualité, contraception, IVG, IST
- Eléments de conclusion              
- Annexes : lettre-annonce et questionnaire