Accueil Thèmes Vaccination anti-HPV Le vaccin anti-HPV

Le vaccin anti-HPV

Imprimer

Généralités sur les vaccins

Un vaccin est un médicament qui prévient certaines maladies infectieuses. Il s'agit d'une maladie provoquée par un agent infectieux (virus, bactérie, champignon, parasite).

Grace au vaccin, on injecte dans le corps un agent infectieux inactif (c'est-à-dire qui ne risque pas de rendre malade). Cet agent infectieux inactif agit en stimulant le système de défense de notre corps. Une fois vacciné contre un agent infectieux, si, nous entrons en contact avec cet agent infectieux, notre corps l'attaque et le détruit. Et, nous ne serons pas malades.

On se vaccine pour soi-même, mais, aussi pour sa famille, son entourage et le reste de la population. Car, plus il y a de personnes vaccinées, moins, l'agent infectieux circule et moins on risque de tomber malade.

Pour en savoir plus sur les vaccins :

Les vaccins anti-HPV

Le vaccin anti-HPV est inscrit sur le calendrier vaccinal calédonien depuis 2011. 

La vaccination doit être terminée (injection des deux doses) avant le début de la vie sexuelle. Car, il est reconnu que le pic des infections à papilloma virus humain s'observe chez les jeunes femmes peu après le début de la vie sexuelle.

En outre, les données actuelles montrent que la réponse immunitaire est plus élevée chez les 9-13 ans, ce qui rend la vaccination plus efficace.

A ce jour, il existe deux vaccins anti-HPV :

  • Le Cervarix® : commercialisé depuis mars 2008 ; le Cervarix® est un vaccin bivalent (qui protège contre 2 types de papillomavirus humain). Il est recommandé dans la prévention des lésions précancéreuses et cancéreuses du col de l'utérus.
  • Le Gardasil® est commercialisé depuis 2006. C'est un vaccin quadrivalent (qui protège contre 4 types de papillomavirus humain) ; il est indiqué dans la prévention des lésions précancéreuses et cancéreuses du col de l'utérus ainsi que des verrues génitales (ou condylomes). 

icon Gardasil : notice patient (136.42 KB)

Recommandations

Les conclusions du HCSP (Haut Conseil de la Santé Publique) mandaté par la DGS (Direction Générale de la Santé) pour faire le point sur la polémique médiatique entourant les vaccins anti-HPV, ont conforté les institutions calédoniennes à poursuivre la mise en œuvre de tous les moyens existants pour agir contre cette maladie. En effet, le HCSP a conclu qu'on peut agir efficacement sur la prévention du cancer du col en couplant deux stratégies :

  • d'une part le dépistage organisé du cancer du col,
  • d'autre part la mise en place d'un programme de vaccination de masse.

Par ailleurs, afin d'offrir un accès égal à la vaccination, il propose la mise en place de la vaccination en milieu scolaire.

Concernant la sécurité des vaccins, le HCSP affirme que la balance bénéfices/risques est favorable. 

Efficacité du vaccin

Le vaccin protège contre la plupart des infections virales susceptibles d'évoluer vers un cancer du col de l'utérus. 

Sécurité du vaccin

Avant qu'un vaccin ou un médicament ne soit utilisé sur l'ensemble du territoire français, il doit être autorisé par l'agence nationale de sécurité du médicament (ANSM). Chaque vaccin est évalué, et, la sécurité est attestée à la suite d'essais cliniques.

Effets secondaires
Comme tous les vaccins, le Gardasil® peut provoquer des réactions de courte durée qui sont sans gravité (rougeur, douleur, démangeaisons, fièvre, maux de tête...) et qui ne nécessitent pas de traitement spécial. Dans de très rares cas, d'autres effets secondaires sont possibles comme des malaises bénins transitoires, et très exceptionnellement des affections neurologiques.

Et bien sûr, comme tout médicament, un individu peut déclencher une réaction allergique.

Si vous êtes inquiets, demandez conseil à un professionnel de santé. 

Sécurité de la vaccination

Les élèves sont gardés en surveillance 15 minutes après l'injection.

Interviews du Professeur Graesslin

Pour plus d'information concernant la vaccination, n'hésitez pas à en parler à un professionnel de santé.