IST

Imprimer

Une vidéo qui répondra à beaucoup de vos questions sur les IST : 

 

Une animation sur les IST :


C’est quoi les IST ?

Ce sont les Infections Sexuellement Transmissibles. Avant, on les appelait "MST" (Maladies Sexuellement Transmissibles) ou "maladies honteuses". Elles se transmettent principalement lors de relations sexuelles non protégées par un préservatif masculin ou féminin et dès qu’il y a contact entre la vulve, le vagin, le pénis, l’anus, les lèvres, la bouche et la main. La plupart d’entre elles se soignent facilement. Mais quand elles ne sont pas soignées, elles peuvent entraîner de graves complications.

Les IST les plus répandues en NC sont les suivantes :

  • chlamydia
  • papillomavirus
  • gonocoque (chaude pisse)
  • herpès génital
  • syphilis
  • hépatite B
  • VIH

Les IST peuvent toucher les zones du corps  suivantes :

  • le pénis
  • le vagin
  • l'anus
  • la bouche
  • la gorge

Si une personne a une IST, il existe deux cas de figure :

1) Elle peut voir apparaître un ou des signes physiques appelés symptômes dans un délai de trois jours à deux mois :

  • Démangeaisons ou douleurs à l'intérieur ou autour du pénis, du vagin ou de l'anus.
  • Sécrétions jaunes, blanches ou transparentes du pénis ou de l'anus.
  • Sécrétions inhabituelles du vagin, en particulier malodorantes.
  • Inflammation de l'aine.
  • Douleurs, pustules ou enflures autour du pénis, du vagin, de l'anus ou de la bouche.
  • Eruptions cutanées sur les mains, les pieds ou la poitrine.
  • Douleur en urinant.
  • Maux de gorge.

2) La personne ne voit apparaître aucun signe visible sur son corps. Dans ce cas, elle est quand même porteuse d’une IST et peut la transmettre aux personnes avec qui elle a des rapports sexuels non protégés par un préservatif masculin ou féminin.

Utiliser un préservatif à chaque fois qu'il y a pénétration du pénis dans le vagin, l'anus ou la bouche (fellation). Si le risque de transmission du VIH par la fellation est faible, il est en revanche très important pour certaines IST dont la syphilis.

En cas de signes physiques, allez au dispensaire, à l’hôpital ou chez votre médecin qui vous donnera les médicaments pour vous soigner.

Si vous n’avez aucun signe physique mais que vous avez eu des rapports sexuels sans préservatifs avec une ou plusieurs personnes, allez au dispensaire, à l’hôpital ou chez votre médecin pour savoir si vous avez une IST puis le médecin vous donnera les médicaments pour vous soigner.

Si vous avez une IST, prévenez la ou les personnes avec qui vous avez eu des rapports sexuels pour qu’elles aillent également au dispensaire, à l’hôpital ou chez son médecin.

  • Risque de stérilité (ne pas pouvoir avoir d’enfants) pour les hommes comme pour les femmes.
  • Risque de fausses couches et de naissances prématurées.
  • Risque de cirrhose, cancer du foie.
  • Risque de cancer du col de l'utérus.
  • Risque d'atteinte du cerveau, des nerfs, du cœur, des artères et des yeux.

Chez la femme enceinte, risque de transmission mère-enfant de l’IST.

Une personne atteinte d'une IST peut contracter plus facilement le VIH.

Le seul moyen de se protéger et de protéger l’autre d’une IST est d’utiliser un préservatif, à chaque pénétration du pénis dans le vagin, l'anus ou la bouche (fellation) et avec toutes les personnes avec qui on a des rapports sexuels.

Le dépistage des IST dont le VIH/SIDA est un moyen de savoir si on a une IST ou non. Si la consultation chez le médecin ou le dépistage montre que l’on a une IST, ceci permet de prendre des médicaments rapidement pour diminuer les conséquences de la maladie sur le corps (VIH, hépatite) ou de se soigner complètement cette maladie (chlamydia, Gonocoque, syphilis…).

Il permet aussi de prévenir la ou les personnes avec qui ont a eu des rapports sexuels sans préservatif pour les encourager à consulter un médecin et à mettre un préservatif à chaque fois qu’elles ont un rapport sexuel.

La consultation chez le médecin doit se faire dès que l’on pense avoir pris des risques c’est-à-dire que l’on a eu des rapports sexuels sans préservatifs. Consulter son médecin et faire un dépistage n’est pas un moyen de se protéger de la maladie mais c’est un moyen de savoir si on a une IST et de pouvoir se soigner.

Les rapports sexuels doivent être une expérience positive, protégée, sans violence qui n'entraîne aucun sentiment de malaise, d'inquiétude ou de culpabilité. Une pratique sexuelle positive et protégée par un préservatif masculin ou féminin, sans risques, vise à :

  • éviter les infections sexuellement transmissibles (IST) et le VIH ;
  • éviter toute grossesse non désirée ;
  • se sentir bien dans sa peau et dans sa relation avec son partenaire.

Le dépistage, c’est un réflexe, comme le préservatif !

 "Il y a plein d'IST sur le caillou, ça concerne les hommes et les femmes !"

Une campagne organisée par l'ASS-NC et ses partenaires, diffusée dans les médias du 27 février au 12 mars 2017.

La prévalence des IST en NC est élevée et les conséquences peuvent être graves (par exemple, chez les 18-25 ans, 1 calédonien sur 5 est porteur d'une chlamydia, qui peut causer la stérilité).

Cependant, le calédonien a peu de connaissances sur les IST, leurs noms, leur existence sur le caillou, leurs signes, conséquences et traitements.

(voir le Baromètre Santé 2015 : http://www.ass.nc/etudes-et-recherches/barometres-sante/barometre-sante-adulte-2015)

C'est pourquoi, dans un premier temps cette année, la campagne de communication portera essentiellement sur la définition de l'IST en NC. 

Simane et Myriam discutent sur les IST en NC :

 

Affiche apposée dans les abribus - icon  (1.21 MB) :

IST SMS web

Affiches distribuées - icon  (1.42 MB) :

IST dictionnaire web

 

Spot radio : "IST ? Cest quoi ça ?" icon(1.31 MB)  

 

En Province Nord, un quizz sur les IST qui a commencé fin février, est relayé par tous les éducateurs sanitaires pendant la durée de la campagne médiatique.

 

NCTV traite du sujet dans leur Actu du 27 février 2017 :

 

D'autres vidéos pour en savoir plus sur la santé sexuelle : http://www.ass.nc/themes/sexe/sante-sexuelle-en-video