La dent

Imprimer

DentRespecter des règles d’hygiène quotidiennes simples vous permettra de conserver des belles dents et une bonne santé, et d’éviter les nombreuses séances chez le dentiste, sources de dépenses importantes.
La santé de vos dents influe sur le corps tout entier et inversement.

 

Apprenons à mieux connaitre nos dents pour mieux les protéger.

Grand merci aux docteurs Kim TRAN BA, Jean-Pierre CASSAGNE et Pierre GILLET pour leur collaboration dynamique lors de la rédaction de ces pages web sur l'hygiène bucco-dentaire.

 

La dent, partie du corps

Il ne faut pas oublier que la bouche et ses dents appartiennent au corps.

Nous abritons dans notre bouche de très nombreuses espèces de microbes.
L’équilibre de cette flore subit les influences de nos maladies, des médicaments que nous prenons, de nos variations hormonales, de nos comportements à risque (consommation d’alcool, de tabac, …).
Un déséquilibre important peut engendrer des caries, des gingivites, …

D’autres complications plus graves peuvent se développer, touchant d’autres organes de notre corps :

  • rhumatisme articulaire aigu (RAA)
  • endocardite (maladie cardiaque)
  • néphrite (maladie du rein)
  • algie faciale (migraines ; symptômes : douleurs fulgurantes au niveau de la face),
  • sinusite
  • etc…

Ainsi, la santé bucco-dentaire et la santé générale sont étroitement liées.
Médecin et dentiste doivent donc s’échanger les informations sur leur patient.

Par exemple, un patient souffrant de problèmes cardiaques devra le signaler à son chirurgien dentiste afin que celui-ci prenne les précautions d’usage (antibiothérapie). Phrase à garder ou pas, pour remplacer le paragraphe qui suit.
Par exemple, un patient avec des problèmes cardiaques a plus de risque de développer une infection de l’endocarde durant les soins dentaires et devrait donc prendre des antibiotiques ; de même, des précautions particulières doivent être prises par le dentiste si le patient soufre de problèmes ostéo-articulaires, de troubles de la coagulation, ou subissent une chimiothérapie ou radiothérapie dans le cadre d’un traitement cancéreux

Autres exemples : les médicaments prescrits par notre médecin pour le traitement d’une pathologie peuvent avoir des influences sur la santé bucco-dentaire (les antidépresseurs ou tranquillisants diminuent le débit salivaire, les antibiotiques ou corticoïdes modifient la flore buccale,…).
Des lésions de la bouche peuvent indiquer au dentiste des désordres endocriniens, d'un diabète ou d'une hypothyroïdie, d’infections sexuellement transmissibles.

 

Structure de la dent

structure_dent

 

Les différents types de dent

types_dents

  • Incisive :
    Les incisives centrales et les incisives latérales, situées au centre de la mâchoire, ont un bord libre acéré qui permet de couper la nourriture. Les incisives n’ont qu’une seule racine (monoradiculée).
  • Canines :
    Les canines situées de chaque côté des incisives, aux coins de la bouche, sont coniques avec une extrémité pointue (comme les crocs des chiens, d’où le nom « canines »), plus haute longues que les autres dents. Les canines permettent de déchirer la nourriture. Les canines ont aussi une seule racine (monoradiculée).
  • Prémolaires :
    La première et la seconde prémolaires situées après les canines, ont une couronne qui comprend deux proéminences (ce sont des dents bicuspidées) pour broyer la nourriture. Les prémolaires n'existent pas encore chez l’enfant ; ce sont des dents permanentes qui n’apparaissent qu’à neuf ou dix ans. Les prémolaires peuvent être mono ou biradiculées.
  • Molaires :
    La première, la deuxième et la troisième molaires, après les prémolaires, ont une couronne à trois ou quatre cuspides pour broyer la nourriture. La première et la deuxième molaires existent aussi en dentition temporaire (dents de lait) chez le jeune enfant, alors que la troisième (appelée " dent de sagesse ") n'apparaît généralement qu’à partir de 18 ou 20 ans.
  • Les dents de sagesse :
    Ce sont donc les troisièmes molaires, qui peuvent ou non se développer en nombre de 1 à 4, selon les individus.
    Il arrive que ces dents tardives aient du mal à se frayer un chemin.
    Dans certains cas, ces dents de sagesse n’apparaissent pas sur l’arcade et soit restent silencieuses ou soit peuvent provoquer divers phénomènes inflammatoires et infectieux. L’extraction de la dent de sagesse s’impose alors.
    Aujourd'hui, l'absence de dents de sagesse est de plus en plus fréquente.